Noelle Mathis Noëlle Mathis, anime des ateliers d’écriture en France et à l’étranger depuis 2002. Elle a fait des études supérieures en Sciences du Langage et en Sciences de l’Education. Elle détient un Diplôme Universitaire en formation d’ateliers d’écriture (Université de Provence). Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat qui porte sur la manifestation des identités plurilingues en ateliers d’écriture. Elle enseigne également le Français Langue Étrangère à des adultes. Elle a vécu et travaillé à l’étranger (Allemagne, Canada, Guyana) pendant 15 ans, est passionnée par l’écriture, les langues, les cultures et leur rencontre. Dans son temps libre, on peut la rencontrer sur un sentier de montagne ou dans un Dojo.


Francis Coulaud Francis Coulaud, comédien, auteur, chanteur.
Il initie son travail d’écriture en 2001, en lien avec sa pratique d’acteur et plus largement avec la notion de transdisciplinarité. Il a écrit plusieurs textes pour le théâtre, la danse et le chant.
Ses travaux ont été réguliérement soutenus par le Centre National des Ecritures du Spectacle, le Centre National du Livre, le Centre National du Théâtre.
Il crée et anime de nombreux ateliers d’écriture et de théâtre en France, en Suisse et en Colombie. Il travaille en milieu psychiatrique depuis 2003.
Certains de ses textes ont été publiés dans les revues le capital des mots, le bateau fantôme et efadine. Pour plus d’infos :http://fc13.wordpress.com/


Delphine Eyraud Delphine Eyraud, professeure agrégée de lettres, dispose de nombreuses années d'expérience dans l'enseignement. Quinze ans passés en Amérique Latine lui ont fait vaciller bien des certitudes : l'exil lui a permis de dénouer certains maillons de la chaîne verbale et de se réapprendre écrivant en espagnol ou en portugais. Comme Ito Naga, elle sait désormais que parler une deuxième langue, c'est avoir une porte de sortie derrière soi. Le chamanisme, la psychanalyse sont là pour étayer ses propositions. Marseille est devenue son port d'attache depuis 2015. Elle se consacre à l'écriture et aux ateliers d'écriture après avoir obtenu le DU d'animation d'ateliers d'écriture à Marseille. Elle intervient auprès de publics très différents, aussi bien en hôpital psychiatrique que dans des écoles ou à l'université pour qu'émerge ce qui est sans voix.


Severine Bruneton Constance Dumotier-Khripounoff, n'a pas un parcours classique. Elle n'est ni porte-mine ni taille-crayon, même si elle aurait bien aimé et même si elle sait qu'elle se serait sûrement un peu ennuyé. Elle ne vit pas à Marseille depuis toujours, n'a d'ailleurs pas toujours vécu dans une grande ville, et ne sait toujours pas trop, à son age canonique, de quoi demain se fait. Elle ne lit jamais moins de trois ou quatre livres à la fois, dans le désordre de préférence, mais ne manque jamais d'en gribouiller-conserver quelques mots dans un de ses multiples carnets. Femme de canapé, on la croise pourtant parfois sur des dance-floor impromptus à pousser la chansonnette. Diplômée du DU d'animation d'ateliers d'écriture en 2017, elle se consacre depuis -et comme avant il faut bien le dire même si différemment cela va de soi- à l'écriture sous toutes ses formes : en groupe, seule, à celle des autres, à la sienne et caetera. Elle travaille son ambidextrie tous les jours un petit peu (au cas où), note ses rêves le matin (au cas où), regarde vivre les pigeons par sa fenêtre (au cas où) et traque les traces laissées par ses grand-mères dans sa famille et dans sa chair (parce que ce n'est pas rien).





IMG_3795 IMG_0687 IMG_3786 « Écrire pour déterrer ma voix.
Écrire pour devenir plus conscient
de ce que je suis, de ce que je vis.
Écrire pour produire la lumière dont j’ai besoin.
Écrire pour mieux vivre. Mieux participer à la vie. Apprendre à mieux aimer »
Charles Juliet